jeudi, 02 juin 2016

Lutte contre la fraude sociale, oui le Sénat se trompe de combat !

Alors que des sénateurs Les Républicains présenteront demain une proposition de loi visant à « améliorer l’accès aux droits et la lutte contre la fraude sociale », l'APF soutient les associations ATD Quart Monde, Emmaüs France, la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) et le Secours Catholique,qui appellent ces parlementaires à ne pas se tromper de priorités, à ne pas sombrer dans la démagogie.

Cette proposition de loi va en effet renforcer la suspicion à l'égard des précaires, victimes de la crise économique, qui tentent de survivre avec des allocations auxquelles elles ont droit dans un contexte de chômage de masse.

Avec ce texte, le Sénat se trompe de combat : actuellement la part de fraudeurs parmi les allocataires du RSA est estimée à 6,4% pour un montant de l’ordre de la centaine de millions d’euros alors que la fraude fiscale représente un manque à gagner pour les finances publiques de plus de 70 milliards d’euros par an et la fraude aux cotisations sociales près de 20 milliards d'euros par an !

Pour lire le communiqué de presse, cliquez ici et le vrai / faux de la fraude sociale, cliquez ici

visuel-.jpg Version audio :
podcast

vendredi, 22 avril 2016

Minima sociaux : Des pistes pour améliorer l’existant mais pas pour une sortie effective de la pauvreté

ReflexeHandicap.jpeg

L’Association des paralysés de France (APF) salue la qualité du rapport sur les minima sociaux remis hier au Premier ministre par le député Christophe Sirugue[i]. L’APF, qui a participé à ces travaux, en a apprécié le contenu dépassionné bien loin des propos habituels sur l’assistanat dans un contexte où la France compte 8 millions de personnes pauvres.

Parmi les propositions, l’association souligne trois avancées en lien avec l’AAH mais regrette cependant qu’aucune proposition forte n’ait été émise concernant la revalorisation des minima sociaux ou sur les conditions inadaptées d’application de la restriction substantielle et durable d’accès à l’emploi (RSDAE) aux bénéficiaires de l’AAH.

Enfin, l’association rappelle que le véritable changement auquel aspirent les personnes en situation de handicap est la création d’un revenu personnel d’existence décent, dont le calcul serait déconnecté des ressources du conjoint, l’attribution sécurisée et l’octroi des droits connexes simplifié et automatisé.

 

[i] Chargé d’une mission de simplification des minima sociaux pour faciliter l’accès aux droits

 

visuel-.jpgVersion audio :
podcast

Lire la suite

mardi, 12 avril 2016

Cancers : Chers médicaments !

Demain, pourrons-nous tous être soignés ?

Les prix des nouveaux médicaments contre le cancer sont injustifiés et insupportables !
La Ligue contre le cancer lance une pétition pour demander la fin des prix exorbitants des médicaments et pour en garantir l’accès à tous !

Pour signer la pétition, rendez-vous sur : http://www.cancers-chers-medicaments.fr/

visuel-.jpg Version audio :
podcast

mercredi, 30 mars 2016

Revalorisation des minima sociaux : « Pauvre tu es ? Pauvre tu resteras ! »

ReflexeHandicap.jpeg

80 centimes par mois, c’est l’augmentation maximale accordée par le gouvernement en 2016 aux bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH), qui s’appliquera à compter du 1er avril.

Un niveau de revalorisation de 0,1% inacceptable pour l’APF au regard des conditions de vie précaires d’un million de personnes en situation de handicap et plus largement de plus de six millions de personnes qui relèvent des minima sociaux.

Cette revalorisation ridicule concerne également un million de bénéficiaires de pensions d’invalidité.

« Pauvre tu es ? Pauvre tu  resteras ! » : C’est le message adressé par le gouvernement à un million de personnes qui vivent avec 800 euros par mois voire moins, quand le seuil de pauvreté est, lui, de 1000 euros.

Certes, pour les personnes en situation de handicap, cette « revalorisation »  intervient plus tôt dans l'année - en avril au lieu de septembre - mais ce pourcentage de revalorisation de 0,1% des minima sociaux calé sur une inflation quasi nulle est ridicule. Gel déguisé, il ignore la baisse de pouvoir d'achat et les charges excessives supportées par les personnes en situation de handicap.

Le gouvernement a confié en octobre dernier une mission sur les minima sociaux (dont le RSA et l'AAH) au député Christophe Sirugue. Le rapport doit être rendu au Premier ministre début avril. L’occasion, face à la situation dramatique de millions de personnes vivant avec ces minima sociaux de revoir ce régime et de mettre en place les solutions pour sortir réellement les personnes de la pauvreté ?

Les personnes qui vivent des situations de pauvreté méritent mieux que l’aumône. La mise en place d’un revenu d’existence personnel décent demandé par l’APF depuis des années devrait être une piste à suivre par nos gouvernants.