mardi, 10 octobre 2017

L'accessibilité : tester pour le vivre

201710091309-full.jpg

Feux tricolores sonores, dalles podotactiles ou trottoirs élargis, rampes, sont autant d'aménagements qui facilitent le quotidien des personnes en situation de handicap./ Photo V. T.
Article issu du journal "La Dépêche du Midi" du 10/10/2017

Dans le cadre de la semaine de l'Accessibilité, le collectif Access a proposé aux élus des cinq plus grandes villes du département de vivre en immersion totale, le temps d'une sortie en centre-ville, le quotidien des personnes en situation de handicap. À Bagnères-de-Bigorre, deux élus, Pierre Abbadie et Marie-Lise Despiau, ainsi que la directrice adjointe des services techniques, Julie Colosio, ont tenté l'expérience, soucieux de mieux appréhender les difficultés rencontrées par les personnes concernées et donc de répondre au mieux à leurs besoins en termes d'accessibilité.

 Cette réunion de travail sous forme de travaux pratiques a démarré dès le passage par la case ascenseur de l'hôtel de ville, franchie sans aucune difficulté. Puis, direction le jardin des Vignaux, les Coustous et les halles, soit autant de lieux emblématiques où divers aménagements facilitent d'ores et déjà la tâche des personnes en situation de handicap moteur ou visuel. Mais les bénévoles du collectif ont aussi relevé quelques obstacles dont le franchissement n'est pas aisé, voire impossible. Trottoirs, feux tricolores, passages cloutés, accès aux commerces, etc., rien n'a échappé à leur vigilance.

Encore beaucoup à faire dans la ville

«On aide les élus à améliorer l'accessibilité de leur commune en attirant leur attention sur ce qui ne va pas mais on veut aussi montrer les bons exemples», a souligné Odile Le Galliotte, directrice de la délégation départementale de l'APF.

«À Bagnères, il reste beaucoup à faire mais on a déjà fait beaucoup», a résumé le maire de la ville, Claude Cazabat. Effectivement, les municipalités successives réalisent chaque année divers travaux, allant de la simple mise aux normes à des chantiers tels que la création, en 2009, de la zone de rencontre, la réhabilitation récente de l'école Jules-Ferry ou l'aménagement réalisé actuellement devant l'office de tourisme, sans oublier divers travaux d'accessibilité prévus à son AD'AP (stade Cazenave, conservatoire botanique, Villa «Campan», écoles Calendreta et Achard, gymnases Cordier et de La Plaine, mairie annexe de Lesponne, tennis du Salut) et les 35 places de stationnement gratuit réservées.